Un nouveau blog…

Voilà, ce blog remplace mon ancien site qui était devenu un peu poussiéreux et que j’ai préféré désactiver. Ici, je vais proposer mes nouvelles vidéos, des informations sur mon travail d’écriture et de peinture. Bientôt je vous parlerai de la sortie de mon premier roman (mais il faudra être patient, car ça ne sera pas avant le printemps 2018…).
En attendant, il y a mon premier recueil de contes, que j’ai « auto-publié » avec toutes les imperfections que cela implique. (qui se corrigent petit à petit, bientôt une nouvelle édition revue et augmentée de deux nouveaux contes) Mais l’expérience s’est avérée très enrichissante. À suivre…

Peinture dans le style des aborigènes

Ce samedi d’août, une visite à la Fondation Anako, près de Loudun. Une des salles présentait des peintures aborigènes, art auquel je suis très sensible.
Alors j’ai décidé d’essayer de m’y mettre, sur un thème « classique ».
Le rêve des sept sœurs :
Poursuivies par le prédateur Nyru, homme sauvage, sept sœurs fuient. Leur périple les amène à Uluru en territoire Pitjantajara, où, lasses d’être poursuivies, elles demandent aux Esprits d’être transformées en étoiles. Nyru, lui, sera transformé en étoile solitaire. (il s’agit ici d’une des versions de cette légende).
Le tableau représente donc les sept sœurs (les Pléiades)et plus loin dans le ciel, l’étoile solitaire (Orion) ainsi que la voie lactée.

Le rêve des sept sœurs (dans le style des peintures aborigènes) – Valéry Sauvage, 8 août 2017 (Acrylique sur toile, 32*46)


Site de la fondation Anako

Quelques contes

Pantins, lutins, nains de jardin (et autres billevesées…)

Petite présentation des contes :
Il s’agit ici d’un recueil de contes pour les enfants (mais aussi pour ceux qui ont su garder en eux leur âme d’enfant). Je vous invite à me suivre dans le monde des rêves, un univers naïf qu’aurait pu peindre le douanier Rousseau et où la musique prend une part importante. Au fil des contes de ce recueil, on croise fées, lutins et farfadets, mais également géants, trolls et dragons. On y rencontre un fantôme qui, las de hanter un manoir poussiéreux, a décidé de partir à la découverte du monde numérique et d’ouvrir une page sur un réseau social bien connu. Quant aux nains de jardin, ils s’expriment d’une manière étrange. Suivez Gaétan, Boukari, Philomène, Hippolyte ou encore Fernand, dit Laly Pompon, le roi des bouffons dans leurs univers magiques. Tout finira par un feu d’artifice issu du fume-étincelles de Charles-Antoine, le mage excentrique parti en quête de la flûte de nez enchantée.
De 8 à 12 ans (et plus bien entendu…)
Note : ce sont des contes à lire, pas un album illustré.

Lien vers le livre sur Amazon