Une chronique d’Évasion Livresque

Une belle chronique… Merci Carine.
https://www.facebook.com/plugins/post.php?href=https%3A%2F%2Fwww.facebook.com%2Fevasionslivresques%2Fposts%2F2106600572894124&width=500

Son blog

 

36002723_2106600532894128_539749489276092416_n

Publicités

Rat & les animaux moches – roman graphique

Je ne suis pas chroniqueur, mais là, j’ai un coup de cœur pour un roman graphique pour les plus petits (comme les plus grands d’ailleurs) alors je voulais en faire part.

Il s’agit de  :

Rat et les animaux moches

(éditions Delcourt)

Par Sybilline (auteur), Capucine (lettrage) et Jérôme d’Aviau (illustrations).

« Dans une maison bien jolie habite Rat
Mais la propriétaire le chasse avec perte et fracas.
Rat n’est pas très content, alors il s’en va.
Il erre en ville, jusqu’à ce qu’il arrive
dans un drôle d’endroit… »
Et cet endroit c’est (ici roulement de tambour) :
« Le Village des animaux moches qui font un petit peu peur »
Voilà ce qu’annonce la 4ème de couverture.

rat1

Mon avis :
Je ne vais pas faire un résumé, ne voulant pas ôter la surprise aux lecteurs, grands ou petits.
Rat est très propre et serviable, pourquoi alors est-il chassé de partout pour finir par se retrouver au fin fond d’une sombre forêt ? Et là il se sent observé…
L’histoire est délicieuse et délicieusement racontée, par petites touches, avec de jolis mots :
« Rat est un peu content, mais assez tout seul. Là, surtout, il a faim.
– Allez, Rat, courage, quand faut y aller, faut y aller. Pfou lou lou… »
Et voilà Rat parti pour une grande aventure où il va croiser, devinez : des animaux moches, qui se sont regroupés dans un petit village au fond de la sombre forêt dont je vous parlais tout à l’heure. Mais ils sont tristes. Alors Rat…
Et les 200 pages passent à toute vitesse tant on est pris, charmés par cette histoire. Les dessins sont en noir et blanc, à la plume, fins, délicats, tout à fait en harmonie avec le texte, court à chaque page. Ils ont cette magie de montrer ces animaux moches et leurs déboires sous un jour plein d’empathie qui fait qu’on s’attache à cette drôle de ménagerie.

rat2.jpg
Et le texte en bas de page est mis en valeur par une calligraphie fort soignée qui finit par apporter à ce livre une touche délicate.
Ce n’est donc pas une bande dessinée, mais un roman graphique. Une jolie découverte et vous comprenez que je suis tombé sous le charme.
Maintenant, je me demande à qui je vais bien pouvoir le prêter, car un petit bonheur comme ça, ça se partage.

Billet de blog : Rue Blondel {Valery Sauvage}

Merci Félicie {lit}… Aussi

Félicie {lit}... Aussi

Rue Blondel

Bom dia !

Je vous présente aujourd’hui une lecture qui ne m’a pas laissée indifférente et m’a beaucoup émue.

Une plongée dans le vieux Paris des années 50… à la rencontre de 3 personnages atypiques et aux âmes très différentes..

Avant de le commencer, j’avoue que j’ai eu un peu d’appréhension quand au contexte général de l’histoire : la noirceur du thème de la prostitution, les conditions, les bas quartiers.. Comment allais-je gérer les émotions ? La très belle mais sombre couverture, nous plonge directement dans cette rue pavée éponyme, ne manquait plus que les « trois petites marches » si célèbres dans le roman, pour basculer complètement dans cette ambiance. Mais une fois le livre ouvert, les mots ont simplement défilés sous mes yeux, et je n’ai refermé le livre qu’une fois terminé. Les destins si fragiles et bruts, ces personnages authentiques ont fait de ces petites heures une réelle immersion. Bienvenue…

Voir l’article original 638 mots de plus